Sites Touristiques

La source de

Tamda

Alimentée par des sources vauclusiennes issues de petites grottes où les femmes viennent brûler des cierges dans l’espoir de devenir mères.

Pont naturel

d’Imi n’Ifri

Le pont d’Imi n'Ifri est à 7 km au sud de Damnate. C’est un site touristique de premier ordre. Cette arche naturelle, aux dimensions imposantes, lancée au dessus d’un oued, est en fait un bloc rocheux qui, naguère, formait verrou et que la rivière a entaillée de part en part.

Traces fossilisées

du dinosaure

Le site préhistorique d’Iroutane est à 7 km environ d’Imi n'Ifri. Il est constitué d’un ensemble de dalles horizontales, réparties sur 2 hectares environ. Il présente des empreintes de dinosaures fossilisés. C’est un site émouvant et impressionnant, qui témoigne de la présence en ces lieux, il y a 65 millions d’années, de ces énormes animaux mystérieusement disparus.

Roches de

Mastfrane

Imposante falaise (600m) en forme de cathédrale, surplombant des montagnes jurassico-crétacées recouvertes de pins, elle constitue un relief géologique unique, témoin du démantèlement des reliefs atlasiques. surplombant des montagnes jurassico-crétacées recouvertes de pins, elle constitue un relief" géologique unique, témoin du démantèlement des reliefs atlasiques.

Cascades

d’Ouzoud

Les cascades d’Ouzoud sont des merveilles naturelles que l’on doit mériter. On y accède en effet après un trajet de 70 Km, soit 1h environ, qui emprunte de nombreux chemins de traverse. Les chutes d’eaux les plus célèbres du Maroc valent toutefois largement le déplacement. Hautes d’environ 110 mètres, ses eaux rebondissent sur plusieurs paliers et projettent dans l’air de fines gouttelettes. Arrivé au pied des cascades, on pourra observer le manège des Macaques Rhésus (les singes du désert).

Lac sauvage de

Bin El Ouidane

La découverte de ce lac est un enchantement pour les yeux par les couleurs contrastées et pour l'esprit. Créé grâce à deux rivières d’où son nom en berbère, le lac de Bin El Ouidane offre ses 3700 hectares au cœur d’une vallée du Moyen Atlas. Sa profondeur (120m au maximum !) et la clarté incroyable de son eau (potable) lui donne une magnifique couleur bleue qui tranche avec les roches minérales faites d’ocre et de beige qui rappelle quelque peu les paysages désertiques du Colorado. Situé à 800m d’altitude, le climat de la vallée du lac est particulier car peu exposée au vent du fait des montagnes qui l’entourent. Seuls des courants d’air, souvent tôt le matin et en début de soirée, viennent troubler le miroir parfois absolu de l’eau. La population de carpes bien répartie sur le lac, en fonds de baie comme en pleine eau au dessus de profondeurs vertigineuses, est vraiment atypique pour ne pas dire unique. Cette population est relativement jeune puisque de source sûre son empoissonnement ne date que de 1994. La souche la plus courante est dite hongroise de forme haute à « bosse ». Proche de la souche roumaine… elle présente un potentiel de grossissements effarants. Enormément de 15/20kg sont très jeunes. Sans parler de poids, ce qui est toujours rédhibitoire concernant la pêche en grand lac sauvage…, on peut prendre à Bin El Ouidane le miroir de sa vie du point de vue beauté. En effet, absolument toutes les miroirs (environ 10% de la population) affichent un écaillage unique et splendide. Des linéaires aux fullys, on trouvera des types intermédiaires de toute beauté avec des écailles dorées et blanches de forme absolument incroyable. Tout comme les communes, elles offrent toutes les formes imaginables de la plus haute à la Torpédo.

Vallée d'Ait

Bougmmez

Encaissée entre deux rangées espacées de montagnes, la vallée d’Ait Bouguemaz déroule son tapis vert à perte de vue, sillonné par un cours d’eau alimentant une mosaïque de cultures vivrières. Le long des piémonts, à même le flanc des hauteurs, s’érige une succession d’habitations à l’aspect pittoresque propre à la contrée. Vêtues de leurs costumes traditionnels aux couleurs tendres, les femmes vaquent paisiblement à leurs occupations, le teint avenant et le geste alerte. Les vastes terroirs naturels entourant la vallée exhalent l’arôme du sauvage et seule la présence d’une vicinalité "asphaltée, rappelle l’intrusion timide du modernisme.

La source d’Aïn

Asserdoun

Beni-Mellal se situe au pied du mont Tassemit (2247m), dans le Dir du Tadla. C'est une ville agricole. Les murailles de la ville datent de Moulay Ismail, en 1688, ainsi que la Casbah. Dans le quartier du Soumaa, se trouve un minaret qui date de l'époque almoravide. En montant vers la montagne, vous pouvez faire un tour à Ain Asserdoun (Source appelée l'oiel du mulet ou la source du mulet.), avec ses petites chutes. Vous pouvez visiter Borj Ain, qui est une petite forteresse qui surplombe Ain Asserdoun, et qui étais une forteresse pour garder Ain Asserdoun. De cette forteresse, vous avez une vue sur Beni-Mellal, au milieu du verger d'oliveraie et d'orangers, ainsi qu'une vue sur l'ensemble de la plaine de Tadla.

Marrakech

Est une ancienne ville impériale fondée en 1062. Vous découvrirez la majestueuse silhouette de la Koutoubia qui domine les maisons rouges, les tombeaux saâdiens, puis visite du palais de la Bahia, siège du grand Vizir Ba Ahmed datant de la fin du XIXe siècle.